Partagez | 
 

 Clan Chimaera

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Big Brother
Omniscient. Omniprésent.

avatar
~ Messages : 181
Localisation : Partout

MessageSujet: Clan Chimaera   Dim 27 Juil - 12:19

Clan Chimaera
La Chimère

Monstre
Inspiration, dédaigneuse
Chimère,
Je te tiens !

Folle !
En vain, tordant ta lèvre amère,
Et demi-souriante et pleine de courroux,
Tu déchires ma main dans tes beaux cheveux roux.

Non, tu ne fuiras pas.
Tu peux battre des ailes.
Tout ivre que je suis du feu de tes prunelles
Et du rose divin de ta chair, je te tiens,

Et mes yeux de faucon sont cloués sur les tiens !
C'est l'or de mes sourcils que leur azur reflète.
Lionne, je te dompte avec un bras d'athlète ;
Oiseau, je t'ai surpris dans ton vol effaré,

Je t'arrache à l'éther !
Femme, je te dirai
Des mots voluptueux et sonores, et même,
Sans plus m'inquiéter du seul ange qui m'aime,

Je saurai, pour ravir avec de longs effrois
Tes limpides regards céruléens, plus froids
Que le fer de la dague et de la pertuisane,
Te mordre en te baisant comme une courtisane.

Que pleures-tu ?
Le ciel immense, ton pays ?
Tes étoiles ?
Mais non, je t'adore, obéis.

Vite, allons, couche-toi, sauvage, plus de guerre.
Reste-là !
Tu vois bien que je ne tremble guère
De laisser ma raison dans le réseau vermeil

De tes tresses en feu de flamme et de soleil,
Et que ma fière main sur ta croupe se plante,
Et que je n'ai pas peur de ta griffe sanglante !

Théodore de Banville




Historique
Historique


Chaotique, bestial, le clan Chimaera est régi par la loi du plus fort et celle de la sélection naturelle. D'eux émane une puissance animale, une impression de danger aussi attirante pour un humain que la flamme vacillante d'une bougie pour un papillon de nuit. Ils sont félins, ondulants, discrets... Mais aussi brutaux, sanguinaires, cruels. Ils sont les fauves qu'il ne fallait libérer à aucun prix.

Origines


Le Clan Chimaera est encore considéré comme jeune par ses pairs puisqu'il excède à peine la trentaine d'années d'existence. Le fait est que l'histoire de ce clan est aussi sombre et sanglante que celle de la Transylvanie. Son tout premier fondateur, Peter Plogojowitz, était un serbe qui, en peu de temps, fit énormément parler de lui de par la monstruosité de ses meurtres. Peter ne se contentait pas de se nourrir à la gorge de ses proies... Il les lacérait, les mutilait. A côté de l'état dans lequel il laissait ses victimes, les lambeaux avaient des airs de tomber de lit. Il est l'un des premiers depuis Vlad l'Empaleur et la Comtesse Elizabeth Báthory, à avoir laissé libre court à sa sauvagerie, en inspirant en un temps record des dizaines d'autres fils et filles de la nuit, lassés de vivre, selon leurs termes, en cage. La première version du clan Chimaera comptait un peu plus d'une trentaine de membres et est responsable de génocides que ne mentionnent pas les livres d'histoire. Pendant des mois, ils ont semé la mort et la désolation dans les terres de l'Est, refusant de se plier aux insistantes menaces de l'Ordre Arcani, qui fut contraint d'intervenir, pour la sauvegarde du Secret. Du jour au lendemain, le clan et son leader disparurent sans laisser plus de traces que quelques mentions dans les archives des clans ayant eu affaire à eux...

Et puis, il y a une trentaine d'années, un historien américain passionné par l'espèce qui l'avait étreint un siècle plus tôt a exhumé des documents qui l'ont fortement intrigué. Il y était question de beaucoup de descriptions comportementales, de déductions, interprétations et remarques d'une personne ayant observé les déviances dont les vampires pouvaient eux aussi être les victimes. Dans les pages rassemblées par l'historien, plusieurs théories avaient également été couchées. Poussé par la curiosité, le jeune vampire rentra chez lui et décida de mener quelques expériences sous cape... Résultat? Il est maintenant pieds et poings liés au nouveau leader du groupe Chimaera, relevé de ses cendres, et joue malgré lui le rôle de conscience tatillonne et raisonnable pour la bête qu'il a engendrée. Sous l'égide de ce duo informel, le clan a connu un essor fulgurant. Comme beaucoup avaient suivi Peter, beaucoup suivirent le nouveau leader, fascinés par la perspective d'une vie plus simple, vendue des plus habilement par le phraseur qu'est resté l'historien. Comme une traînée de poudre, les idéaux et mode de vie de ce clan destructeur se sont répandus, avec cette fois l'atout que l'un des leurs, celui par qui tout est arrivé, n'ait, lui, pas succombé à l'appel incessant de sa bête mais conservé toute sa froideur d'esprit. Difficilement, il parvient à raisonner et orienter ses ouailles, ses créations, juste assez loin de la frappe directe qui a condamné la précédente version du clan à l'extinction, chose malaisée s'il en est. Les carnages des serial killers et autres tueries adolescentes dont parlent les journaux sont les témoins discrets de ses échecs. Bien évidemment, l'historien n'est pas au courant de l'existence de l'Ordre, mais c'est un homme relativement intelligent, qui se doute qu'enfreindre les règles a un prix...

L'arrivée sur l'île


Rapidement développé, d'abord en Amérique du Nord puis ensuite sur l'entièreté du continent, l'espace a commencé à manquer pour ce clan toujours plus conséquent, souvent acculé et harcelé par les autres clans. Ils ont donc décidé d'envoyer certaines de leurs cellules coloniser le vieux continent, et la plus fiable d'entre elle droit à son centre décisionnel: Reykjavik. Il leur a fallu une dizaine d'années pour s'implanter durablement, la tâche leur ayant été compliquée autant que possible par les Skàlds, néanmoins ils viennent maintenant d'atteindre leur objectif en remplaçant un clan sur le déclin au conseil des neuf en l'éradiquant, tout simplement.

Comportement
Les Chimaera sont surtout présents en Amérique et commencent seulement à s'implanter en Europe. Cependant, leur nombre importe peu et n'influe pas sur leur façon d'appréhender le monde.

Les Chimaeras sont ceux qui ont décidé de briser les barreaux de la cage de leur bête, conscients ou pas qu'aucun retour en arrière ne serait possible. Ils sont ceux parmi les caïnites à avoir embrassé leur nature animale à son paroxysme. Ils sont désinhibés, sans gêne, téméraires, impulsifs, colériques... En recherche de plaisir immédiat. Ils veulent, donc ils prennent et se moquent des conséquences. Ils croient en eux-mêmes et pas au système, qu'ils renient. Ils sont violents, sanguinaires, à l'écoute de la soif qu'ils désespèrent d'assécher. Dangereusement charismatiques, ils sont les plus fins des chasseurs.

•Ordre Arcani. Les Chimaeras l'ignorent mais ils sont dans la ligne de mire de l'Ordre. Jusqu'à présent, aucune de leurs actions ne leur a valu l'éradication, mais le souvenir des carnages des adeptes de Peter est encore vif dans les mémoires des anciens, qui sont bien déterminés à ne pas laisser la même chose se répéter.

• Skàld. La mésentente qui les anime de façon mutuelle n'est un secret pour personne. Les Skàlds les méprisent en raison de leur manque de tenue, de leur manque d'emprise sur eux-mêmes, et les haïssent de véhiculer l'image qu'ils ne sont pas plus que des bêtes, esclaves de leurs pulsions et désirs. Les Chimaera aimeraient éradiquer les Skàlds qui leur sont si diamétralement opposés, tout en retenue et en intransigeance.

• Pulchrae. L'entente est cordiale. Bien sûr, les Pulchrae ne cautionnent pas leur mode de vie, mais au moins ne leur font-ils pas l'affront de tenter de les changer. Les Chimaeras exploitent ceux des Pulchrae qu'ils peuvent exploiter et sont indifférents aux autres, qui manigancent et s'arrangent pour ne pas éveiller leur animosité. Ce sont d'ailleurs aux Pulchrae que les Chimaera doivent le nom de leur clan, jusque là sans nom fixe.

Les  Chimaeras et Reykjavik
Installations et infrastructures


Le statut de paria induit par le manque de classe et de tenue des Chimaeras les enchaîne à la fange de la société. Pour eux, il n’est pas question d’appartement tenu à quatre épingles suintant le luxe et l’oisiveté, du reste, ils n’y trouveraient pas leur compte. Epris de liberté, ils détestent l’idée de se voir enfermés, catalogués par quatre murs et un toit. Souvent, ils n’ont que l’un… Ou que l’autre. Leurs habitations font d’avantage penser à des tanières qui, contrairement à ce qu’on pourrait penser, ont l’air cosy et accueillant, qu’à de froids appartements sans âme comme pourraient l’être ceux des Skàlds.

• Quartier Général.  L’accueil qui leur a été fait par les natifs ayant été plus glacial que l’azote liquide, le peu d’espace que les Chimaeras ont acquis, ils l’ont conquis par la force. A l’image de la gangrène, ils se sont inséré dans une faille, ici une partie de la ville délaissée par les Skàlds, et y ont proliféré. Une usine désaffectée devint le premier de leurs squats, et de fil en aiguille, leur quartier général. Quelques assauts de la part des natifs au moment de leur installation les ont contraints à ériger des palissades de fortune autour de l’édifice aux airs crasseux et obsolètes, palissades qui sont toujours de mises, bien que les Skàlds ne les harcèlent plus jusqu’ici depuis bien longtemps. Entre les murs de l’ancien site de production en ferronnerie, le chaos. Le peu de murs restant a été dégradé, un tag en couvre un autre, les vitres sont brisées, d’anciens barils servent à présent d’âtres… C’est un endroit ingrat, mais le seul havre de tranquillité que connaissent les Chimaeras, le seul endroit où ils ne risquent rien. De l’extérieur, l’usine a des allures de forteresse imprenable, ce qui dissuade les autres clans de les assaillir, et à l’intérieur… Le QG est le seul endroit où il est totalement interdit de s’entre-tuer. Cette règle a été imposée au clan en réponse à la trop grande agressivité de ses membres, qui voyait son nombre diminuer plus qu’augmenter avant ça. Bien qu’insalubre et crasseux, le quartier général des Chimaeras est l’un des seuls endroits en ville où ils peuvent panser leurs blessures en paix.

• Autres lieux.  Avec le quartier général en guise d’épicentre, le territoire des Chimaeras s’est rapidement étendu alentour. Les bars, auparavant détenus par des humains, sont vite tombés entre les leurs. D’autres usines ont été annexées, ainsi que tous les endroits délaissés par les Skàlds et les Pulchrae. Ils se sont étendus autant qu’ils ont pu, jusqu’à s’imposer sur tout un district, celui de Grafarvogur. Petit à petit, ils ont chassé les derniers habitants ou entrepreneurs de l’endroit pour faire de cet espace leur nouvel Eden. Chez eux n’existent ni lois ni surveillance. Chacun lutte pour sa propre survie, fait ce qu’il a envie, dans l’anarchie la plus totale. Mal famé, le coin est le repère privilégié des criminels, ce qui en fait aussi la piqûre d’adrénaline des jeunes en mal de sensations fortes. Le district est réputé pour être sans foi ni loi, il n’est donc pas rare que les Chimaeras fassent de leur quatre heures un petit snobinard aventuré jusqu’à eux pour impressionner les copains, copains qu’il ne reverra jamais…

La hiérarchie et l'organisation
Politique Générale.


La politique n’a aucun intérêt pour la plupart d’entre eux. Beaucoup partagent les mêmes idées, souvent étriquées et radicales, beaucoup sont prêts à se battre pour elles, à tuer et mourir pour elles, mais peu d’entre eux ont le désir de les promulguer de façon plus « pacifique », de les représenter au conseil des Neuf. C’est une responsabilité que beaucoup rejettent, un carcan inconfortable qu’ils rechignent à porter. Il faut phraser pour politiser, et ça n’est pas dans leur crédo. Eux, vivent et ressentent. Ils laissent l’ennuyante parlotte aux autres, agissent plus qu’ils n’argumentent. Après tout, en les voyant aussi ivres de liberté, quel vampire n’aurait pas envie de faire comme eux ?

• Entre eux.  Tout est une question de puissance, d’ascendant et de soumission. Comme les animaux qu’ils sont, les Chimaeras ne respectent que la force brute, et donc des adversaires qui les surpassent, tout en nourrissant le désir d’eux-mêmes gagner suffisamment en puissance pour les surpasser. Ainsi s’exerce la loi du plus fort. Seulement, plus retors et fourbes que cela, des alliances ne sont pas à exclure entre quelques membres de moindre importance pour en neutraliser un d’importance supérieure… S’en suit une joute entre les survivants pour savoir lequel d’entre eux prendra sa place. Créatures relativement sociables, à l'image des loups, ils ont compris aussi que le nombre fait la force, aussi ont-ils formé des gangs, au nombre de trois sur l'île, chacun rangé derrière un membre du conseil. Si des rivalités existent entre les trois groupes, ils sont généralement tournés vers les plates bandes des autres clans. Les Chimaeras ne sont pas que brutaux et agressifs cependant, ils sont aussi sournois. Toutefois, à de très rares exceptions près, ils n’ont pas les talents de manigance et de manipulation qui peuvent sévir au sein des autres clans. Ils manquent trop de retenue, de subtilité, ils sont beaucoup trop dans l’impulsivité pour apprécier la beauté de la minutie d’un jeu d’échec, n’ont pas la patience pour cela, raison pour laquelle un Chimaera combinant la puissance et un rien de malignité n’aura aucun mal à s’imposer.
Pour ce qui est des actions de groupe, même lorsqu’on est leader, il est impossible de parvenir à canaliser la totalité du clan pour les faire se battre de façon ordonnée. Leurs offensives sont, à leur image, brutales et destructrices. Le leader les unit face à un ennemi commun, titille leur agressivité via leur appétit de destruction et de carnage, et déchaîne la haine et la sauvagerie du clan, chaque membre ayant alors à cœur de faire le plus de dégâts possible. Les Chimaeras, mus par la soif de puissance, ne s’unissent pour un intérêt commun que lorsque leur si précieuse liberté est menacée.

Le Conseil.


Le clan possède trois membres siégeant au conseil.

• Les trois conseillers Chimaeras.  On les appelle les « Premiers ». Ils ont été nommés par le fondateur du Clan il y a une dizaine d’années, lors de l’exode des cellules européennes. Ils ont été choisis parce que de tous les membres du clan, ils sont ceux dont la bête est la plus sournoise, capable de se faire passer pour ce qu’elle n’est pas dans le but d’endormir la méfiance, capable de feindre la courtoisie ou l’absence d’esprit belliqueux. Toutefois, rien n’est immuable, encore moins chez les Chimaeras, et il n’est pas exclu que l’un ou l’autre membre du clan reçoive un jour un message de la part du fondateur pour lui apprendre que, s’il en a envie et parvient à éliminer l’un des premiers, il peut prendre sa place…

NB : Ceci est effectif en RP. Au commencement, les trois membres sont des PNJ. Pour les renverser, vous devez participer aux missions que l'on vous enverra et les mener à bien, jouer des Rps à caractère politique et faire en sorte d'avantager le clan dans vos actes. Il se peut alors que vous soyez, un jour, récompensé par une place au conseil. Sachez que vos places comme conseillers ne sont pas garanties. Si quelqu'un vous dépasse, que vous n'êtes pas assez actif ou que vos décisions RP ne conviennent pas à l'idéologie Chimaera, vous serez remplacé.

Rejoindre le clan Chimaera

Conditions :

• Seule condition administrative : votre personnage doit être un vampire. Oui ça paraît bête, mais autant préciser, on ne sait jamais.
C'est un groupe libre et jouable sans réelles conditions à dire vrai. Vous pouvez rejoindre n'importe quel Clan (Et même commencer comme vampire Neutre et en rejoindre un par la suite.)
• Condition RP : votre personnage doit avoir fusionné avec sa bête. C’est l’essence même du groupe Chimaera. Les vampires à rejoindre ce clan ont décidé de briser les chaînes qui entravent leur soif, briser les interdits et tabous propres à leur espèce et de s’enivrer de liberté. Une fois la porte de la cage ouverte, les appétits presque comblés, il n’est pas possible de revenir à un mode de vie plus modéré sans éprouver une frustration qui aura, tôt ou tard, raison de la retenue. Merci de bien intégrer ceci avant de choisir ce clan.

Petites préférences

Vous n'êtes pas obligé de respecter les points suivants, mais ils vous aideront à assimiler les groupes et à savoir où placer votre personnage.
• Caractère : Les Chimaeras sont colériques et impulsifs, agressifs. Ils ne conçoivent pas le refus, ne connaissent pas la demi-mesure. Ce sont des vampires absolus, persuadés d’être dans leur bon droit et les seuls représentants légitimes du vampirisme, dans sa forme la plus parfaite car la plus excessive, la plus respectueuse de leurs instincts primaires. Bien qu’incapables de le véhiculer grammaticalement, ils ont un argumentaire très fourni, très pertinent, qu’ils mettent en application dès qu’ils le peuvent. Comprenez par-là que de tous les vampires, ils sont ceux qui connaissent le moins de frustration et de gêne vis-à-vis de leur soif.
• Origines & aptitudes : N’importe qui venant de n’importe où de n’importe quel âge peut intégrer les rangs des Chimaeras. Seulement, ce n’est pas une décision à prendre à la légère. Pour être certains de ne pas être infiltrés et détruits de l’intérieur, les Chimaeras s’assurent que ceux qui les rejoignent soient comme eux. Il y a donc un rite de passage, un bizutage, relativement court mais très lourd à supporter, au cours duquel les barreaux de la cage de la bête sont brisés. Bien sûr, ce n’est pas une chose quantifiable, mais les membres du Clan ont un sixième sens pour se reconnaître entre eux avec certitude. Leur nature animale ayant pris le pas sur tout le reste, leur force s’est vue décuplée par rapport aux autres vampires, leurs sens affinés. En contrepartie, au fur et à mesure des années, ils perdent les pouvoirs qui les rendent uniques, faute de contrôle.
• Milieu Social : Le milieu social n’a aucune importance pour eux. On peut intégrer les Chimaeras en ayant été riche ou pauvre, avocat ou SDF. Cependant, les intégrer est clairement perçu comme une chute vertigineuse de l’échelle sociale par les autres clans.

Le Rite de Passage

En ce qui concerne les épreuves imposées à l'entrée dans le clan évoquées précédemment, elles peuvent varier d'une personne à l'autre, nous ne vous imposons pas de schéma spécifique et vous laissons libres de décider quelles crasses a dû encaisser votre personnage pour devenir Chimaera. Par contre, et ça, ça n'est pas négociable, il faut que vous parliez desdites épreuves dans votre fiche avec moult détails pour nous faire sentir que vous avez compris l'essence de ce clan et ce que ça implique de le rejoindre. Gardez en tête qu'il s'agit de renier sa nature humaine pour un mode de pensée entièrement animal. On peut donc leur demander de déchiqueter des infirmes (sélection naturelle), de démembrer des personnes qui leur sont chères si elles peuvent être perçues comme faibles par le clan etc. Les épreuves doivent être traumatiques pour quelqu'un conservant son mode de pensée humain, sanglantes, violentes et barbares. Vous pouvez vous faire plaisir en repoussant les limites de la sauvagerie, on n'en attend pas moins des Chimaeras. Si vous avez un doute, n'hésitez pas à nous MP à ce sujet, nous nous ferons un plaisir de répondre à toutes vos interrogations.

_________________

L'interface du Système de Sécurité Big Brother
vous souhaite la bienvenue.
Invité, les accès aux systèmes de Sécurité Intelligents Big Brother vous sont refusés. Vous ne disposez pas des droits suffisants.
Revenir en haut Aller en bas
 

Clan Chimaera

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» L'Exode du Clan de R'Lyeh
» LGCD Le retour du Clan du Sang
» Le Clan de Lyre Ehel : présentation
» Clan Hollandia...
» Type 42 Class destroyer

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Abyssus Abyssum Invocat ::  :: Les bases :: Contexte-